24 janvier 2024

Pourquoi ? Il n'y a pas de réponse à la question de la souffrance dans le monde ou dans sa propre vie, mais il existe une attitude utile. Car il y a quelqu'un qui veut aider définitivement et qui a un grand plan pour cela. Voici un aperçu d'un service divin.

« En relisant ces jours-ci les Lamentations, j'ai eu l'impression de lire le journal », s'est exprimé l'apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider le 22 octobre 2023 à Metz. Le livre biblique des Lamentations rappelle l'invasion de Juda par le roi de Babylone, la destruction du temple de Salomon et la déportation du peuple. Et il décrit de nombreux scénarios d'horreur.

« J'ai eu l'impression d'ouvrir le journal et de lire ce qui se passe aujourd'hui partout dans le monde, au Proche-Orient, en Afrique, en Amérique du Sud, en Asie. » Se posent alors certaines questions : Si Dieu aime les hommes, pourquoi n’intervient-il pas? Est-il devenu indifférent à leur sort ? Veut-il les punir ? Même les innocents ?

Des questions issues de la détresse

Les questions sont similaires lorsque l'on pense à la situation personnelle de certaines personnes ; pourquoi Dieu permet-il qu'elles souffrent autant ? Pourquoi certains seraient-ils punis pour avoir fait des mauvais choix, tandis que d'autres, qui ont fait bien pire, se portent très bien ?

Et puis il y a le développement de l'Église : Dans certaines parties du monde, le nombre de communautés et de fidèles a nettement diminué. Les directions d'Église précédentes ou actuelles ont-elles commis des erreurs ? Christ peut-il accepter que l'avenir de son Église soit compromis par les fautes qu'aurait pu commettre un petit nombre ?

« Des questions sans fin, pas d'explication, pas de réponse ! », s'est exprimé le responsable de l'Église. « Et que faisons-nous maintenant ? »

Dieu ne peut pas faire autrement

Il en va de même pour l'auteur des Lamentations : « Il tourne en rond, il devient fou, il dit : 'Plus je pense, plus je suis abattu'. Et, à un moment donné, il dit : 'Je dois maintenant me concentrer sur la nature de Dieu'. »

Qui est Dieu ? Les réponses de l'apôtre-patriarche étaient les suivantes :

  • « Dieu est amour, il ne peut rien faire d'autre que d'aimer, c'est sa nature. »
  • « Il est un Dieu de miséricorde, il est sensible à notre souffrance et veut nous aider. »
  • « Dieu est fidèle, il est véritable, il est digne de confiance. Quand il dit quelque chose, il le fait. »
  • « C'est cela, l'aide de Dieu : délivrer tous les hommes de manière définitive et radicale de tout mal, en les conduisant dans la communion parfaite avec lui. »
  • « Et Dieu est tout-puissant, personne ne peut l'empêcher d'aider les hommes et de faire ce qu'il a promis. »

Toujours nouveau

C'est ainsi que l'auteur des Lamentations conclut à la fin : la seule chose à faire consiste à croire en la parole de Dieu, à l'appeler à l'aide et à attendre patiemment son secours.

La parole biblique du service divin en témoigne : « Voici ce que je veux repasser en mon cœur, ce qui me donnera de l’espérance. Les bontés de l’Éternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne sont pas à leur terme ; elles se renouvellent chaque matin. Oh ! que ta fidélité est grande ! » (Lamentations 3 : 21-23).

Et en effet : L’aide de l’Éternel viendra quelques décennies plus tard. Les exilés pourront revenir à Jérusalem, le temple sera reconstruit.

Réponse issue de la foi

« Comment réagissons-nous, chers frères et sœurs ? Réagissons comme l'auteur des Lamentations ! », a exhorté l'apôtre-patriarche :

  • « Oui, je crois. Je crois que Dieu est tel que le Saint-Esprit me le dit. Je crois que Dieu est tel qu'il s'est révélé en Jésus-Christ. »
  • « Je m'abandonne à lui. Je lui fais confiance, bien que je ne comprenne absolument pas ce qu’il fait. » Je lui fais confiance sans explication. »
  • « Je ne sais pas quand son aide arrivera, mais je suis absolument convaincu que son aide arrivera. L'espérance, c'est d'attendre avec conviction tout en étant actif. »

« Dieu peut nous aider. Il peut – et va – encore régler ici et là un certain nombre de situations dans lesquelles on dira : Là, le bon Dieu a fait un miracle. », a souligné l'apôtre-patriarche Schneider en conclusion : « Mais le plus grand secours sera pour nous, qui l'attendons, le retour du Seigneur, la résurrection, l'enlèvement de l'Épouse. L'aide de Dieu viendra. Elle viendra sous une forme que nous ne pouvons pas imaginer, mais elle viendra. »