7 décembre 2023

C'est un principe de foi au sein de l'Église néo-apostolique : le fait qu'un ministère soit confié à quelqu'un est uniquement fondé sur la volonté de Dieu. Cette pensée est l'« élection ». Cependant, comment cela peut-il fonctionner ?

« La foi en la vocation divine des ministères fait partie de la richesse de notre Église », souligne le texte doctrinal intitulé « Élection et vocation à un ministère » dans le numéro hors-série 2/2020 des Pensées directrices. Car cette foi motive les ministres et leur donne de la force. Et elle renforce la confiance de la communauté dans le ministère.

Certes, la volonté de Dieu s'exprime dans la décision de l'apôtre d'ordonner l'homme qu'il a choisi. « Il faut cependant admettre que cette explication est un peu trop succincte compte tenu de l'importance du sujet. » Et : « C'est pourquoi il semble utile, dans ce contexte, d'expliquer en quelques mots les termes de l'élection divine et de la vocation à un ministère. »

Reconnaître la volonté de Dieu

D'un point de vue purement formel, la sélection des ministres se déroule ainsi :

  • Les responsables locaux présentent à l'apôtre une liste des personnes proposées pour l'ordination.
  • Sur la base de ces propositions, l'apôtre (ou l'apôtre de district) sélectionne les personnes à ordonner.
  • Un responsable local contacte les personnes sélectionnées.
  • Si les personnes donnent leur consentement, l'apôtre les ordonne dans le ministère.

Pourtant, il s'agit toujours de l'élection : c’est la mission de l’apôtre de reconnaître la volonté divine et d’agir en conséquence.

Pour déterminer quels croyants sont appelés par Dieu à un ministère, il faut tenir compte de certains éléments :

  • les besoins de l’Église
  • les dons spirituels
  • les capacités humaines
  • l'acceptation par la communauté
  • l'acceptation par le croyant

Besoins, dons, capacités

Le ministère n'est pas une fin en soi, mais il doit répondre aux besoins de l'Église. L'apôtre et ses collaborateurs doivent se laisser guider par le Saint-Esprit pour reconnaître les besoins et les attentes de l'Église.

À celui qu'il a choisi de confier un ministère, Dieu donne les dons spirituels nécessaires à son exercice. En font partie la foi en Jésus-Christ, en sa mort, sa résurrection et son retour, la fidélité à l’Évangile, l'amour pour Dieu et pour les croyants, la foi en l’Église en tant que médiatrice du salut, en les apôtres, les sacrements et le ministère, ainsi que la disposition à servir.

L'élection effectuée par Dieu se reflète également dans les capacités qu'il a données au croyant. Il s'agit notamment de la capacité d'écoute, de la capacité de dialogue, de la capacité à s'exprimer clairement, de l'ouverture d'esprit, du bon sens, de la connaissance ou de la capacité et de la volonté d'apprendre.

La communauté reconnaît le ministre

Le ministère est un don que Dieu fait à l'Église. Il choisit un ministre en fonction des croyants qu'il devra servir. L'apôtre doit donc s'assurer que la personne qu'il veut ordonner sera acceptée par la communauté.

C'est aux responsables de la communauté ou du district qu'il revient de dire s'il en est ainsi, au nom et pour le compte de la communauté : en présentant leur proposition à l'apôtre, les ministres dirigeants confirment que la communauté croyante reconnaît les dons et capacités spirituels de la personne concernée.

Quand l'appel et la vocation se rencontrent

L'élection divine s'accompagne toujours d'une vocation. Cela s'exprime par exemple dans le développement personnel. Par exemple, Dieu éveille dans le cœur de la personne appelée la reconnaissance pour les dons et les bienfaits reçus, l'amour pour Dieu et pour l'Église ainsi que le souhait sincère de servir.

« Nous sommes convaincus que cette vocation est révélée au croyant par l'intermédiaire de l'apôtre ou, le cas échéant, de son représentant. Mais ce n'est certainement pas la seule façon dont Dieu peut appeler un croyant dans son ministère », souligne le texte doctrinal : « C'est la combinaison du sentiment de la vocation intérieure avec l'appel de l'apostolat qui permet au croyant d'obtenir la certitude qu'il est appelé par Dieu à un ministère. »